DIPLÔME ET FORMATION

 

MANON RICHARD

PSYCHOLOGUE CLINICIENNE

Diplômée d'un Master en psychologie clinique, psychopathologie et psychologie de la santé, mention psychopathologie de la cognition et des interactions à l'Université de Lorraine, j'ai exercé principalement en tant que psychologue clinicienne et neuropsychologue au sein d'une clinique psychiatrique afin de prendre en charge tout type de patients présentant une souffrance psychique importante et d'apporter une aide au regard de leur pathologie. 

Assurant des entretiens psychothérapeutiques basés sur le modèle de la thérapie brève, notamment des TCC et de la thérapie systémique, j'ai été amené à rencontrer plusieurs problématiques diverses engendrant une souffrance morale. Afin de pouvoir les prendre en charge au mieux et faciliter la sortie d'hospitalisation, j'ai pu travailler par la suite sur différents axes avec les patients, et ce par l'intermédiaire de différents supports et outils tel que la psychoéducation et la remédiation métacognitive, notamment dans le cas de la schizophrénie et de la bipolarité. Portant un intérêt sur les troubles des conduites addictives et la question de la rechute, j'ai pu développer des compétences cliniques en parallèle avec mes patients pour travailler sur la réductions des risques de reconsommation.

Ayant une formation dispensée par le GEPS sur l'intervention en crise suicidaire, j'ai été amené à prendre en charge l'urgence et la crise au sein de l'institution, que ce soit au niveau des patients, des différents professionnels ou encore de l'établissement par l'intermédiaire de groupe de travail en pluridisciplinarité afin d'établir un protocole de prise en charge. Face à l'impact majeur de la question du suicide au niveau du territoire et en tant que référent risque suicidaire au sein de la structure, j'ai eu l'occasion de réaliser des formations en interne auprès de tous les professionnels travaillant dans l'établissement dans le but de les sensibiliser à l'identification de comportements ou de discours alarmants, des conduites à tenir, et enfin, pour le personnel concerné, à la passation d'outils d'évaluation du risque suicidaire.

Poursuivant un intérêt marqué pour les troubles neurocognitifs, j'ai collaboré à des recherches axées sur le Trouble du Déficit de l'Attention avec Hyperactivité (TDAH) chez l'adulte. Bien que le TDAH soit souvent perçu comme une maladie infantile, il persiste dans de nombreux cas à l'âge adulte. Notre étude a cherché à remédier au problème de sous-diagnostic courant du TDAH chez les adultes en proposant une échelle de dépistage psychométrique basée sur le Manuel de Diagnostic des Troubles Mentaux - 5ème Edition. Nous avons évalué cette échelle, nommée TRAQ10, sur un échantillon de 220 individus, dont la moitié étaient diagnostiqués avec le TDAH. Les résultats ont montré que l'échelle pouvait identifier l'appartenance au groupe TDAH dans plus de 9 cas sur 10 (Trognon & Richard, 2022), surpassant ainsi tous les autres outils d'échelles cliniques évaluant les traits comportementaux du TDAH.